• Pierre Hallé

Les 5 choses à ne jamais dire sur un bateau de plongée

Dernière mise à jour : juil. 27

(Ô grand jamais)


Lorsque nous travaillons pour un club de plongée, on en entend de toutes sortes. Souvent des blagues. Parfois des expériences qui poussent à méditer. Mais de temps en temps on entends un truc qui va toujours froisser du monde à bord du bateau. A éviter donc. Petite selection:




  • 1 - La #### n'est pas une bonne formation de plongée.

Voyons, voyons… Si vous souhaitez vous faire battre par une rincée de bois vert sur les réseaux sociaux, il n'y a pas meilleure remarque à sortir dans un groupe que celle-ci.

Sur un bateau ce serait pire car vous êtes directement en face d’autres plongeurs. Et le duel de chapelle entre les pro-PADI et pro-FFESSM, c’est un peu l’histoire de Montaigu et Capulet aux pays des petites bulles: Ils se tapent dessus sans trop savoir pourquoi.


Après tout, qu’on soit plongeur de tel ou tel fédération, nous faisons tous les même bulles vaguement rondes, et on a tous l’air idiot quand on a pas assez de lestage avec les fesses a l’air en debut de plongée. C’est inutile de mettre de l’huile sur le feu et de ramener ce sujet juste quelques minutes avant une plongée. Qu’importe qui vous a appris à plonger, vous êtes maintenant un plongeur, point.


  • 2 - Je n'ai pas besoin de la corde pour descendre

Ha bah si. Justement, tout le monde a besoin d’un câblot (puisqu’on en est à être très spécifique sur l’utilisation des mots bouts, cordes, etc. Pour l’ancre, c’est un câblot) pour une descente en douceur.


Souvent, trop souvent, je propose aux plongeurs de descendre le long de la corde (ne m'embêtez pas sur le mot), car c’est plus simple. Pas besoin de palmer, il suffit de se laisser glisser. Si l’oreille ne passe pas, on peut s'arrêter facilement et remonter un peu. Si le lestage n'est pas terrible, ça permet de se tenir pendant qu’on réajuste le tout et surtout, ça évite de dériver! Combien de fois ai-je vu des plongeurs me sortir “Ecoute gamin, j'en ai pas besoin, de ta corde”, puis voir les memes commencer la plongée par un canard (difforme, la pauvre bête) et deriver loooiiinnnn, parce qu’ils prennent plus de temps pour essayer de descendre et ne se sont pas rendu compte qu’un petit courant même faible, c’est gênant. Et humiliant.


Tenez la corde, vous descendez pépère, vous ne vous essoufflez pas et vous restez groupé. C’est tout bénef'.


Oui oui. Très souvent, les plongeurs débutants et les plongeurs avec de la bouteille ne rechignent pas à tenir la corde. Les premiers par praticité, les seconds par facilité. En revanche, les auto-proclamés bons plongeurs sont ceux qui en souffrent. Fermez les yeux, cherchez dans votre mémoire. Je suis sûr que vous en connaissez un.





  • 3 - Je suis un excellent plongeur, (dixit Gégé).

On reconnait un bon plongeur par son humidité humilité. Ainsi, si vous commencez à vous présenter comme le fils spirituel de Cousteau, nous autres simples plongeurs avons un petit voyant dans la tête qui se met à clignoter “attention, attention, parangon”.


Combien de fois ai-je rencontré un plongeur fort de ses 20 plongées d'expérience qui se qualifie d’excellent? Surtout si ce dernier se ridiculise avec un essoufflement à vouloir en faire trop? A ne pas savoir plonger dans le courant? Ne pas tenir compte du temps de non-décompression?


Histoire vraie: Un Gégé est avec nous sur le bateau lorsque nous sommes en train d'attribuer les groupes et binômes. Gégé se retrouve dans le même groupe qu'une petite mamie japonaise un peu frêle. Pour des raisons qui restent à ce jour inconnues, Gégé demande si ça ira de la prendre avec nous. Je cite mot pour mot: "Elle n'a pas l'air d'être aussi bonne que nous." On lui rétorque que les groupes sont très bien ainsi. Il s'avère que mamie-la-plonge est une habituée de notre club, avec plus de 1.000 plongées sans n'avoir jamais rien passé de plus que son PADI Advanced, et qu’après une cinquantaine de minutes sous l’eau elle remonte avec 130 bars dans la bouteilles quand l’autre était sur ses 50 bien entamés.


  • 4 - Tiens, avant de sauter, pourriez-vous m’expliquer comment j’utilise mon (propre) matos?

Là, c'est une différence de philosophie sans doute. Une grosse partie d'entre nous sommes des nerds de l'équipement. Nous aimons avoir le bon stuff, le matos qui en jette. Alors évidemment, quand quelqu'un vient et ne sait pas se servir de ce qu'il a pourtant acheté, nous nous interrogeons.


L'ennui c'est que parfois certains plongeurs se font conseiller des produits dans des magasins qui sont inadaptés à leurs besoins. Sentir que le vendeur souhaite vendre a grosses marges pour rajouter du beurre à ses épinards.


Ce qu'il y a de rageant tient dans un exemple: L'année dernière j'ai eu une famille de plongeur où le père était clairement un plongeur du genre TEK/DIR/Navy-SEAL-du-dimanche, avec toute la panoplie: détendeur de secours en collerette, le donuts dans le dos, des jet fine accroché en bandoulière le long du gilet avant de se mettre à l'eau, masque anti-reflet, short à poches (vides) au dessus de la combi, etc. L'ennui c'est que pour ces deux filles il avait opté pour exactement le même équipement, alors que celle-ci venait tout juste de finir leur open water. Matériel complètement inadapté pour les adolescentes, elles se sont retrouvées embourbées, à ne plus savoir comment bouger.

Alors s'il vous plaît, lorsque vous achetez de l'équipement de plongée, essayez de vous renseigner un petit peu. Et surtout insistez auprès du vendeur sur ce qui vous ferait plaisir et serait adapté à votre plongée. Combien de fois nous nous retrouvons aussi avec des gens qui sortent leur ordinateur dernier cri de leur poche, et ne savent même pas comment configurer le nitrox, accéder à leur transmetteur, etc.


Enfin, si vous êtes l'heureux propriétaire de votre équipement de plongée, il faut penser à le faire réviser de temps en temps. Quelqu'un qui vient sur le bateau et qui se rend compte 5 minutes avant la plongée que son détenteur n'a pas été révisé depuis 6 ans, qu'il fuit dans tous les sens avec un flexible bouffé par l'érosion, c'est un petit peu mal venu.


Maintenant qu'en France les magasins commencent à rouvrir après la crise sanitaire, c'est une bonne occasion pour rendre visite à un magasin local, rencontrer du monde, faire un check-up, et pourquoi pas voir les dernières nouveautés.




  • 5 - Je connais déjà ce site (j’y ai plongé l’an passé)

Vous adorez marcher dans votre parc préféré? A chaque fois que vous vous rendez dans votre village de vacances, vous ne pouvez pas vous empêcher de flâner dans cette petite rue pittoresque? La randonnée dans cette forêt par loin est toujours l’occasion d’observer des chevreuils et de passer un bon dimanche? Et bien pourquoi vous plaindre de faire deux fois le même site de plongée? Qui vous dit que vous verrez strictement la même chose que l’an passé?


C’est simple, un site n’est qu’un lieu. Et ce qui fait la plongée est ce que vous y verrez et ferez. Des animaux en particulier peuvent passer par là alors qu’il n’y étaient pas la dernière fois (malheureusement l’inverse marche aussi). Mais n’oubliez pas aussi que votre club de plongée essaye bien souvent de faire “au mieux”. Nous choisissons les sites pour plaire à tous, et adaptés à nos plongeurs. Ou du moins nous essayons.

Soyez indulgents, le site n’est peut-être pas inédit, mais c’est aussi l’occasion de se focaliser plus sur la partie ludique et moins sur l’orientation. Laissez vous aller, vous allez adorer.


  • en bonus. Je ne fais jamais pipi dans ma combi


Ne dites jamais cela sur un bateau de plongée, car tout le monde le sait, il n’y a en réalité que deux types de plongeurs. Ceux qui font pipi dans leurs combis, et les menteurs. (C’est juste sacrément dommage pour ceux qui ont oublié qu’ils plongent en étanche).


Et vous, qu’est ce que vous n’aimez pas entendre sur un bateau, avant ou après vos plongées?

4,456 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout